Vers une compréhension accrue des cardiopathies congénitales

Fondation

31 mai 2021 | Recherche et réalisations Dons et partenariats

Cet article est tiré du magazine de la Fondation

La nouvelle chaire de recherche André Chagnon offre un soutien d’envergure à cette branche de médecine cardiovasculaire en développement.

En août dernier, la Fondation de l’Institut de Cardiologie de Montréal a annoncé la création de la Chaire de recherche André Chagnon en cardiopathie congénitale à l’Institut de Cardiologie de Montréal. Cette nouvelle chaire, qui voit le jour grâce à un don de 2 millions de dollars de la société Sojecci, permettra de développer des approches novatrices en matière de prise en charge et de soins pour les patients porteurs d’une cardiopathie congénitale, c’est-à-dire une malformation cardiaque présente dès la naissance.

Elle contribuera également à une meilleure compréhension de l’enjeu complexe de la mort subite chez les enfants et les jeunes adultes nés avec une telle malformation.

« La recherche est d’une importance capitale pour faire progresser les connaissances sur les malformations cardiaques congénitales. Avec cette chaire de recherche, j’ai l’espoir qu’ensemble, nous pourrons donner aux enfants et aux jeunes adultes atteints de ces pathologies les meilleures chances de vivre en santé », affirmait alors André Chagnon, président du conseil de Sojecci – Société de gestion de la famille Chagnon.

Les cardiopathies congénitales : qu’est-ce que c’est?

De légères à sévères, les cardiopathies congénitales affectent 1 % des nouveau-nés. Jusqu’à récemment, seulement un tiers de ces enfants survivaient jusqu’à l’âge adulte.

Aujourd’hui, grâce aux améliorations de la chirurgie cardiaque pédiatrique et des soins prodigués aux jeunes patients, ces survivants sont devenus majoritaires. La population adulte est donc maintenant plus nombreuse que la population pédiatrique parmi les personnes atteintes de ces pathologies.

La gestion des patients adultes porteurs de cardiopathies congénitales est ainsi devenue une spécialité de cardiologie à part entière. Leurs besoins médicaux demeurent toutefois divers et complexes, ce qui rend nécessaire la progression de la recherche dans ce domaine.

Un soutien important

La Chaire André Chagnon a un avenir prometteur, et elle vient offrir un soutien d’envergure à une branche de la médecine cardiovasculaire qui est en plein développement.

Plus précisément, elle permettra :

  • la mise sur pied d’une cohorte provinciale de plus de 100 000 patients présentant une cardiopathie congénitale;
  • la création de registres afin de mieux évaluer les facteurs de risques associés à ces problèmes de santé;
  • la mise en place d’un réseau international de recherche formé d’experts de premier plan; et
  • l’appui à plusieurs programmes porteurs d’espoir.

Parmi ces programmes, notons celui mené par le Dr Paul Khairy, cardiologue électrophysiologiste et directeur scientifique du Centre de cardiopathies congénitales adultes de l’Institut, sur la Prévention de la mort subite liée aux cardiopathies congénitales. Unique au monde, ce programme étudie les arythmies cardiaques chez des patients atteints de cardiopathies congénitales et, d’ici 10 ans, pourrait réduire de plus de 25 % l’incidence de mort subite chez ceux-ci.

« L’Institut de Cardiologie de Montréal est un centre de référence internationale pour le traitement des cardiopathies congénitales. La nouvelle chaire de recherche nous permettra de développer notre expertise et de continuer d’accueillir des cas complexes provenant du monde entier », soulignait avec enthousiasme le Dr Khairy lors de l’annonce.

À M. André Chagnon et à la Société Sojecci, merci de protéger les coeurs sensibles.

faites un don

Inscription à l’infolettre

Découvrez les grands projets rendus possibles grâce à vos dons et recevez des conseils sur la santé du cœur.

Je veux recevoir l’infolettre de la Fondation de l’Institut de Cardiologie de Montréal.

Please leave this field empty