Pépinière de premières médicales

Fondation

Accueil > Blogue > Pépinière de premières médicales

Cet article est tiré de la deuxième édition du magazine de la Fondation

Les Drs Jean-François Tanguay et Philippe Demers racontent comment les équipes de l’Institut repoussent constamment les limites de la cardiologie.

L’Institut est un terreau fertile pour l’innovation. En avril 2021, le Dr Jean-François Tanguay, chef du service d’hémodynamie à l’Institut, a implanté chez un patient la nouvelle endoprothèse Orsiro de BIOTRONIK, une première au Canada. Cette endoprothèse possède des mailles environ deux fois plus fines que les dispositifs traditionnels et permet d’intervenir avec une meilleure précision dans les petits vaisseaux sanguins. Une deuxième endoprothèse novatrice MEGATRON de Boston Scientific a été implantée en première nord-américaine, cette fois par le Dr Mohamed Nosair. Plus robuste, elle améliore l’intervention dans les artères de gros calibres.

Les exploits ne s’arrêtent pas là : le service de chirurgie a aussi connu une première canadienne en 2021 avec l’implantation d’un nouveau conduit aortique biologique par le Dr Philippe Demers, chirurgien cardiaque. Ce dispositif d’avant-garde permet une reconstruction simplifiée de la racine aortique avec une valve biologique de nouvelle génération.  Cette nouvelle prothèse ne nécessite pas la prise d’anticoagulant et laisse présager une durabilité supérieure à celle des prothèses traditionnelles, qui est habituellement de 10 à 15 ans.

Une série de bienfaits

Les retombées de telles premières sont indéniables. D’abord, elles permettent à certains patients d’avoir accès à des technologies qui ne sont pas encore offertes sur le marché. Selon le Dr Tanguay, les effets se font aussi sentir sur le système de santé : « À long terme, s’il y a moins de complications, une durée d’hospitalisation plus courte et moins de retours à l’urgence, ce sont aussi des retombées positives. » Sans compter que ces percées représentent des occasions d’apprentissage en or pour les étudiants et les professionnels qui viennent se former à l’Institut.

« Les premières médicales sont une grande source de fierté pour notre institution, commente le Dr Demers. On a l’impression dans ces moments-là d’incarner une des missions de l’Institut, qui est d’innover et de contribuer à l’avancement des connaissances dans le traitement des maladies cardiovasculaires. C’est aussi une grande satisfaction d’offrir ce qu’on pense être les meilleures avancées technologiques à nos patients. »

Partenaires essentiels

De telles premières sont réalisables grâce à la synergie entre différents partenaires : les patients, les équipes de soin, les entreprises de recherche et développement, ainsi que les donateurs. Les deux chercheurs tiennent d’ailleurs à souligner la générosité des philanthropes, certains ayant financé des appareils de massage cardiaque LUCAS ou la dernière génération de robots chirurgicaux, par exemple. « La Fondation, c’est vraiment un bijou de l’Institut », souligne le Dr Tanguay. « C’est un partenaire essentiel de l’institution, des services cliniques et de toutes les initiatives de recherche clinique et fondamentale », ajoute le Dr Demers.

L’innovation se poursuit à l’Institut. Il est le premier établissement dans le monde à avoir mis à l’essai une plateforme virtuelle d’engagement et de suivi des patients conçue par l’entreprise canadienne SeamlessMD. Les résultats très encourageants démontrent encore une fois qu’il est toujours possible de se dépasser, un principe cher au cœur des équipes de l’Institut.

faites un don

Vous aimez ce que vous lisez?

Découvrez plus de témoignages inspirants, de conseils sur la santé du cœur et de projets porteurs d’espoir en vous inscrivant à notre infolettre.

Ce champ est requis
Ce champ est requis
Ce champ est requisAdresse courriel invalide

Ce champ est requis
Please leave this field empty

Mots clés :

Technologie