Dr Walid Ben Ali : bâtir la chirurgie cardiaque interventionnelle de demain

Fondation

Accueil > Blogue > Dr Walid Ben Ali : bâtir la chirurgie cardiaque interventionnelle de demain

Chirurgien cardiaque au parcours impressionnant, le Dr Walid Ben Ali fait son entrée officielle à l’Institut de Cardiologie de Montréal en avril 2021. Depuis, il s’active à chercher, créer et mettre au point des outils qui pourraient bien révolutionner le monde de la chirurgie cardiaque de demain.

Rencontre avec un fervent passionné d’innovation!

De la Tunisie à Montréal, en passant par la France et l’Allemagne : un parcours médical riche et diversifié

Originaire de Tunisie, le Dr Walid Ben Ali étudie la chirurgie cardiaque dans son pays natal, puis en Italie et en France. En 2008, il atterrit en sol montréalais pour y suivre un programme de fellowship à l’Institut de Cardiologie de Montréal et au CHU Sainte-Justine en chirurgie cardiaque pédiatrique – le premier chapitre de sa carrière de médecin. Lorsqu’un poste dans la métropole est offert à l’épouse du médecin, le couple décide de prendre racine à Montréal et d’y fonder sa famille.

« De mon côté, j’ai dû refaire une partie de ma résidence en chirurgie cardiaque à l’Université de Montréal pour pouvoir passer mon examen de certification du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada. En parallèle, j’ai également obtenu un doctorat en sciences biomédicales. Je me suis ensuite spécialisé dans le domaine des structurels en France auprès du Dr Thomas Modine, inventeur et chef de file mondial dans le domaine des interventions transcathéter. Il est devenu mon mentor. »

Ses études l’entraînent ensuite en Allemagne où il travaille en recherche clinique avec le cardiologue Stephan von Bardeleben, une sommité en matière d’études transcathéter. Depuis avril 2021, le Dr Ben Ali est officiellement de retour à l’Institut de Cardiologie de Montréal, fort de son expertise et de ses nouvelles connaissances.

Un chercheur d’avant-garde en chirurgie cardiaque interventionnelle

Au cours d’une semaine typique de travail, le Dr Ben Ali divise généralement son temps entre le travail clinique et la recherche. En clinique, il effectue principalement des interventions transcathéter, auxquelles il a consacré ses dernières années de formation. Du côté de la recherche, son travail comprend trois axes principaux : la simulation, la mise au point de nouveaux dispositifs et l’intelligence artificielle.

La création de simulateurs

En collaboration avec l’entreprise Biomodex, l’Institut de Cardiologie de Montréal met actuellement au point des simulateurs personnalisés de cœurs battants. L’objectif? Prédire le déroulement et l’issue d’une intervention complexe en la pratiquant d’abord sur un simulateur reproduisant en 3D l’anatomie cardiaque d’un patient, incluant le mouvement des valves. « C’est comme si on opérait un véritable humain », témoigne le Dr Ben Ali, à l’origine de cette idée innovante.

En quoi ce simulateur est-il révolutionnaire? « Beaucoup de patients qui ont une valve aortique chirurgicale sont trop vieux pour se faire réopérer lorsque leur valve ne fonctionne plus. On pose alors une valve percutanée dans l’ancienne valve chirurgicale, une intervention qui comporte des risques d’occlusion des coronaires. En ce moment, on utilise des examens d’imagerie pour évaluer les risques, et s’ils sont jugés trop importants, le patient ne subit pas l’intervention. Mais en pratiquant d’abord l’intervention sur le simulateur imprimé en 3D, on peut vérifier si le risque est réel et s’il y a une façon de le contourner, par exemple en corrigeant un simple mouvement. Finalement, on se rend compte que des patients qui avaient été jugés inaptes à être opérés peuvent l’être en réalité! »

Une patiente significative

C’est du moins le cas d’une dame à qui le Dr Ben Ali a sauvé la vie, sa « patiente numéro un », comme il l’appelle. « C’est la première chez qui nous avons pratiqué l’intervention après avoir prouvé avec le simulateur que tout fonctionnait. Ça reste une pierre d’assise très importante pour la mise au point du simulateur. Au départ, c’était une étude audacieuse en laquelle personne ne croyait! » Depuis, le simulateur ne cesse d’évoluer et de se perfectionner.

Une passion pour l’innovation

Tous ces projets menés de front auraient de quoi étourdir bien des gens, mais le chercheur puise dans une source d’énergie sans fond : sa passion pour l’innovation. « Je peux passer des nuits sans dormir parce que j’ai un nouveau schéma en tête et que ça me stimule. Parfois, je me réveille à deux heures du matin parce que j’ai une idée et que je dois aller la dessiner. Ça me passionne à fond! »

Il faut dire qu’avec deux parents ingénieurs polytechniciens, il a baigné dans l’innovation dès son plus jeune âge. « C’est ce qui m’a attiré dans les transcathéters; je voyais que ça allait révolutionner notre façon de faire. Il y a encore beaucoup de place pour explorer, innover, inventer, et moi, ça me motive. »

Comme si ce n’était pas suffisant, il songe maintenant à ajouter un MBA à sa feuille de route, question de comprendre tous les enjeux relatifs à la création d’une jeune entreprise. « Il y a beaucoup d’éléments qu’on ne connaît pas en tant que médecin, et ça prend ça pour pouvoir discuter avec les investisseurs. Ce sera un gros défi avec mon emploi du temps, mais j’aime apprendre! »

L’Institut de Cardiologie de Montréal : un lieu clé en main pour la recherche

Pour un inventeur comme le Dr Ben Ali, l’Institut de Cardiologie de Montréal offre un milieu de travail idéal. « On a toutes les ressources et tout l’équipement nécessaires à portée de main, ce qui permet d’adopter un bon rythme de croisière dans le processus de création. »

L’importance de la Fondation de l’Institut de Cardiologie de Montréal pour la recherche et l’innovation

La Fondation est un joueur indispensable dans la recherche au sein de l’Institut. « Le centre de simulation a été construit avec l’aide de la Fondation, et grâce à ce qu’elle nous donne, que ce soit le soutien financier ou le matériel, on continue d’avancer. Si le niveau de recherche à l’Institut de Cardiologie de Montréal est si élevé, c’est en grande partie grâce à la Fondation et ses donateurs. Il n’y a pas de doute là-dessus. »

Vous souhaitez contribuer à la mise au point de nouvelles technologies pour améliorer les soins cardiovasculaires? Donnez dès maintenant à la Fondation de l’Institut de Cardiologie de Montréal.

faites un don

Vous aimez ce que vous lisez?

Découvrez plus de témoignages inspirants, de conseils sur la santé du cœur et de projets porteurs d’espoir en vous inscrivant à notre infolettre.

Ce champ est requis
Ce champ est requis
Ce champ est requisAdresse courriel invalide

Ce champ est requis
Please leave this field empty