Prévention cardiovasculaire et régime méditerranéen : l’incidence de l’alimentation sur l’espérance de vie en santé

Fondation, en collaboration avec le Dr Martin Juneau, cardiologue et directeur de la prévention à l’Institut

Accueil > Blogue > Prévention cardiovasculaire et régime méditerranéen : l’incidence de l’alimentation sur l’espérance de vie en santé

« Une pomme par jour éloigne le médecin pour toujours ». Et si, derrière l’expression candide, se cachait une véritable piste de réflexion? Le Dr Martin Juneau, cardiologue et directeur de la prévention à l’Institut de Cardiologie de Montréal, explique les retombées des bonnes pratiques alimentaires sur l’espérance de vie en santé et sur les maladies cardiovasculaires.

Espérance de vie en santé : la qualité de vie avant tout

Au Canada, l’espérance de vie est très élevée, mais qu’en est-il des conditions dans lesquelles nous vivons durant toutes ces années? Le constat des chercheurs en santé qui se sont penchés sur cette question au cours des dernières décennies est, selon le Dr Martin Juneau, très éclairant.

« En Amérique du Nord, les hommes passeront 10 ans à vivre avec un ou plusieurs problèmes de santé, contre 12 pour les femmes. Améliorer la qualité de vie, plutôt que la longévité, c’est ce qui motive les recherches de nos jours. »

Les études menées aux quatre coins de la planète ont permis de démontrer que l’espérance de vie en santé passe principalement par les bonnes habitudes de vie, où l’alimentation est à l’honneur. Les risques diététiques, c’est-à-dire la mauvaise alimentation, sont en effet les principales causes de mortalité au Canada et aux États-Unis, où ils fauchent encore plus de vies que le tabagisme.

Le régime méditerranéen : un modèle alimentaire qui a fait ses preuves

C’est au cours des années 1950 que l’épidémiologiste Ancel Keys jette les bases de ce qui deviendra le régime méditerranéen, alors qu’il constate que les accidents cardiovasculaires touchent davantage les Napolitains fortunés, qui ont une alimentation plus riche en viande que les classes populaires. Après avoir observé le même phénomène à Madrid, il mène une étude dans sept pays dans le cadre de laquelle il analyse l’incidence de l’alimentation sur l’espérance de vie et la santé cardiovasculaire.

« Dans ses recherches, il constate que l’alimentation des Crétois et celle des Finlandais comprennent le même pourcentage de matières grasses, qui est assez important (40 %). Or, le taux de mortalité cardiaque est très élevé en Finlande, tandis qu’il est très faible en Crète. Pourquoi? Parce que les matières grasses consommées par les Crétois sont principalement de source végétale (huile d’olive, noix, avocats), tandis que ceux privilégiés par les Finlandais sont d’origine animale (crème, beurre, fromages, charcuteries). »

Graphique « Bien choisir ses gras pour prévenir les maladies cardiovasculaires »

Bons gras : une question de qualité et non de quantité

Tous les gras ne se valent pas : le type de matières grasses que l’on mange a des effets plus importants sur notre santé que la quantité totale de matières grasses consommée au fil du temps. Le Guide alimentaire canadien fournit de l’information intéressante sur les sources de bons gras favorisant la santé cardiovasculaire.

Pyramide du régime méditerranéen : une hiérarchie des aliments pour un cœur en santé

Dans la diète méditerranéenne, il est aussi question de la priorité donnée aux aliments. Le Centre ÉPIC, organisme rattaché à l’Institut de Cardiologie de Montréal faisant la promotion de saines habitudes de vie, illustre dans sa pyramide du régime méditerranéen modifiée les apports nutritionnels recommandés. On retrouve à la base du prisme les aliments à consommer en plus grande quantité, et au sommet, ceux à consommer avec parcimonie.

Graphique « Alimentation méditerranéenne modifiée »

Les effets directs du régime méditerranéen sur l’espérance de vie en santé

« Cinq ans seulement après avoir adopté le régime méditerranéen, on observe une réduction du risque cardiovasculaire de l’ordre de 35 % », un résultat qui, selon le Dr Martin Juneau, est considérable. La diminution du risque de cancer du sein, l’amélioration de la mémoire et de la cognition ainsi que le recul de la maladie coronarienne figurent également parmi les nombreux bienfaits de cette pratique alimentaire.

Alimentation végétarienne : bienfaits et fausses croyances

Maladies chroniques, cancers et maladies cardiovasculaires : la liste de problèmes de santé sur lesquels l’alimentation végétale peut agir est longue. « On a longtemps véhiculé l’idée que les protéines à base de plantes ne sont pas complètes, qu’elles peuvent occasionner des carences… c’est tout à fait faux. Même son de cloche en ce qui concerne le soya et le tofu : les risques pour la santé des femmes qui sont associés aux phyto-estrogènes dans ces aliments ne sont pas avérés. Au contraire, les phyto-estrogènes préviennent même l’occurrence et la récurrence du cancer du sein. »

Régression de la maladie coronarienne et végétalisme : les légumes contre-attaquent

Le chercheur Dean Ornish, qui a consacré sa carrière à l’étude de l’incidence des habitudes de vie sur la progression des maladies coronariennes, a constaté les effets spectaculaires de la consommation de végétaux sur l’obstruction artérielle. Après 12 mois de diète végétalienne, combinée à une pratique modérée d’activité physique et de gestion du stress, le blocage des artères coronaires diminue et la maladie régresse. Les résultats sont encore meilleurs après cinq ans.

Habitudes alimentaires des Québécois : les défis nutritifs à relever

Selon le Dr Juneau, les Québécois peuvent facilement modifier leur alimentation pour se rapprocher du régime méditerranéen ou végétarien parce que leurs habitudes culinaires s’y apparentent déjà. « On est loin de certaines cultures alimentaires aux États-Unis, où le poisson se mange frit, avec des frites en accompagnement. Un filet de saumon à l’huile d’olive, avec une salade en à-côté, c’est souvent impensable là-bas. »

Les défis que les Québécois doivent relever concernent principalement l’apport quotidien en grains entiers, en noix et en légumineuses.

« On peine particulièrement à se défaire de l’idée que les légumineuses, c’est seulement des bines! Il y en a de toutes les sortes, et en plus, c’est un choix très économique. »

Face aux preuves implacables de l’importance de l’alimentation sur l’espérance de vie en santé, l’optimisme est de mise. Notre pouvoir d’action, bien réel, commence dans notre assiette. Quant à l’expression populaire sur les pommes et les médecins, il faudrait la repenser puisque ce fruit intéresse en fait beaucoup les docteurs!

La prévention en santé cardiovasculaire est l’un des piliers centraux de l’Institut et de sa Fondation. En faisant un don, vous rejoignez un grand mouvement qui permet aux Québécois de vivre plus longtemps et en meilleure santé. Merci de nous aider à lutter contre la première cause de mortalité au monde et d’accompagner les cœurs sensibles.

Vous cherchez plus d’information à vous mettre sous la dent? Parcourez l’Observatoire de la prévention, le blogue du Dr Martin Juneau et de ses collaborateurs.

visitez l'Observatoire de la prévention

Vous aimez ce que vous lisez?

Découvrez plus de témoignages inspirants, de conseils sur la santé du cœur et de projets porteurs d’espoir en vous inscrivant à notre infolettre.

Ce champ est requis
Ce champ est requis
Ce champ est requisAdresse courriel invalide

Ce champ est requis
Please leave this field empty